Forum des Algériens Index du Forum Forum des Algériens
Pour les amoureux de l'Algérie, ce forum est à vous.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Oran, une cité tiraillée entre son histoire et sa modernité

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Algériens Index du Forum -> WebAlgeRie -> Villes algériennes -> oran
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sabrinelle
Super modératrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2008
Messages: 6 547
Localisation: chez mes parents
Point(s): 6 747
Moyenne de points: 1,03

MessagePosté le: 22/07/2013, 23:32    Sujet du message: Oran, une cité tiraillée entre son histoire et sa modernité Répondre en citant

La belle Santa Cruz, adossée à la montagne de l’Aïdour, offre une vue imprenable sur la baie d’Oran. Bien que la chapelle dédiée à Marie ferme ses portes aux visiteurs dès la fin de l’après-midi laissant les alentours déserts, le couché du soleil est l’instant idéal pour le visiteur qui veut vivre un moment privilégié avec la ville millénaire.


La chapelle dédiée à la vierge Marie, orientée plein Est n’offre pas aux visiteurs ingénus le coucher de soleil qu’ils auraient pu imaginer. L’astre s’enfuit derrière la montagne. Mais rien n’est perdu pour celui qui découvre les lieux. Ne pas être captivé par un soleil qui descend à l’horizon permet d’observer plus finement le jour qui baisse et les lumières de la ville qui s’intensifient. Peu à peu, les lampadaires des grands axes se dévoilent, les grandes tours de la ville moderne à l’Est se détachent sur le ciel assombri. Les quartiers Ouest de la ville, en contrebas de Santa Cruz, sont, quant à eux si faiblement éclairés qu’ils ressortent à peine de l’obscurité.



 
 
Les quartiers Est en plein essor
L’Est d’Oran est, la nuit, la partie la plus visible de la ville. Cette parcelle de l’agglomération ne cesse de s’étendre. Tels des champignons, des immeubles sortent de terre par dizaines. Et les noms des promoteurs du monde entier, venus investir à Oran, s’affichent sur les palissades des chantiers le long des routes. Ces dix dernières années, des quartiers entiers ont vu le jour. A Fernand ville, Pépinière, Bir El Djir ou encore Akid Lofti, les devantures de magasins flambant neuves sont nombreuses.


Grands hôtels et halls d’exposition, ont, quant à eux, élu domicile le long de la mer. Les façades du Sheraton, du Meridien et du centre de convention d’Oran aussi appelé « Dubaï » par les Oranais, sont des constructions modernes, toutes de verre vêtues, immanquables lorsque l’on entre dans la ville.


L’Ouest, ces quartiers qu’on oublie


Pourtant situés juste en contrebas de Santa Cruz, les quartiers Ouest vus de nuit, se détachent très faiblement dans l’obscurité ; preuve de la faiblesse économique de ses populations. Pourtant, une visite de jour permet de se rendre compte des trésors cachés et parfois gâchés que comptent ces lieux chargés d’histoire.


Le fort San Pedro ancré sur les hauteurs de la vieille Casbah est le premier lieu rencontré sur la descente de Santa Cruz. Le fort surplombe de toute sa hauteur flétrie les quartiers Ouest. Il offre une vue imprenable sur ces lieux chargés d’histoire. Jusqu’à la fin des années 2000, le fort abritait de nombreuses familles en situation précaire, « de véritables bidonvilles », précise un homme qui habite dans les alentours. Expulsés et relogés, les habitants illégaux de la caserne, l’ont laissé sans vie. Seule la vision des ruines est offerte aux visiteurs assez téméraires pour se faufiler parmi les vieilles pierres.


En contrebas, un vaste tas de débris. Les bulldozers achèvent la démolition du quartier de Scalera, commencée au début du mois de juin 2012. Scalera, qui signifie escalier en espagnol, est situé juste au-dessus du port de pêche. Durant la période coloniale les Espagnols et les Arabes y vivaient en bonne entente. Avant qu’il soit rasé, le site était considéré comme un bijou du patrimoine oranais pour son dédale d’escaliers bordés de figuiers de barbarie. Selon les habitants, plus de 200 familles ont dû quitter les lieux, la moitié a été relogée à une trentaine de kilomètres de là, le reste est en attente de logement. Scalera ne compte plus que trois édifices encore debout. Au centre des gravas, un petit monument peint en bleu. « C’est une ancienne zaouïa que je fréquente depuis mon enfance », explique Abdelkader, un ancien habitant du quartier vêtu d’un kamis blanc. Sous le dôme, nous découvrons la tombe du Cheikh Abdelbaki (1854-1927). Un peu plus loin, un homme sur le pas de sa porte, observe les engins de chantier faire leur travail. « Je vis ici depuis l’âge de 13 ans, je suis propriétaire du terrain, je n’abandonnerai pas la maison de ma famille », raconte sur un ton las le vieil homme qui approche des 80 ans. Il ignore par quoi seront remplacés les tas de gravats qui entourent aujourd’hui sa demeure esseulée. Scalera a disparu dans l’indifférence des quartiers voisins.


Scalera et ses voisins de la Casbah, du vieux port, et de Saint Louis forment le 1er arrondissement d’Oran appelé Sidi El-Houari. Ses dédales de rues portent les empreintes des cultures espagnole, arabe, turque et française. Dans le quartier Saint Louis, la mosquée Mohammed Al Bay Othman El Kebir et les bains turcs récemment restaurés, ont été construits par les Ottomans en 1708 et 1799. Le lieu de culte, aux murs ornés de mosaïques, reste le plus fréquenté du quartier.



 
 
Derrière la place de la Mosquée, on distingue la façade d’une église. Un monument plus occupé qu’habité. Au premier regard le lieu semble à l’abandon, pourtant l’ancienne église abrite en sa crypte « le club culturel Imam Sidi El Houari » qui forme des jeunes filles du quartier à la couture, à l’informatique et à la poterie. Lorsqu’elle est ouverte, la nef du monument édifié en 1679 par les Espagnols,  sert de terrain de jeu aux enfants. Des piliers de bois, récemment installés, renforcent la voûte du chœur qui menaçait de s’écrouler.

 
 
Rares sont les habitants du quartier qui peuvent parler de ces lieux. Ils vivent avec ces monuments comme de vieux meubles de famille, qu’on a toujours connu mais dont on ignore l’histoire. Derrière les façades, souvent délabrées, de ces anciens quartiers, se cachent des intérieurs entretenus et décorés avec soin. « La décoration c’est ma passion. Avec la prière, ce sont les deux activités les plus importantes dans ma vie », affirme Nora qui est installée à Sidi El-Houari depuis son mariage, il y a 30 ans. Pour accéder à son appartement, il faut monter trois étages puis traverser une terrasse faite de simples planches de bois suspendues au dessus de la cour intérieure. Passé le rideau de la porte d’entrée, Nora offre à ses visiteurs un salon décoré dans les règles de l’art. Tissus et tapis orientaux ornent les murs et le sol de la pièce principale. Un grand canapé d’angle recouvert d’un tissu jaune d’or et de coussins rouges permettent de s’installer confortablement. Dans le fond, la collection de services à thé de Nora est soigneusement disposée dans la vitrine du buffet. Un intérieur coloré qui contraste avec les façades abîmées des maisons du quartier.


Oran, tiraillée entre modernité et histoire


Au regard du dynamisme des quartiers Est, la ville est résolument tournée vers l’avenir. Elle met tout en œuvre pour rester un centre économique majeur au rayonnement national et international. Mais pour grandir à long terme, Oran ne doit pas oublier qui elle est. Ses vieux monuments, ceux des quartiers Ouest en particulier, sont le reflet de son passé et font partie de son identité. Elle doit s’atteler à les préserver et à en faire connaître l’histoire.


Kamila Bouwarka. – Photos Collectif Makkouk et Maïna F.


Algérie Algérie-Focus Tour 2013 Casbah Oran Saint-Louis Santa Cruz Sidi El Houari


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 22/07/2013, 23:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Algériens Index du Forum -> WebAlgeRie -> Villes algériennes -> oran
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 - 2005 phpBB Group
Theme ACID v. 2.0.18 par HEDONISM
Traduction par : phpBB-fr.com